Dieu ne donne pas quelque chose, il nous donne quelqu’un.

Ecouter le témoignage :


Depuis l’adolescence, ma sœur Marie-Thérèse était dans la fragilité de la maladie psychique qui l’a amenée à interrompre ses études. Pendant trois décennies elle a vécu avec notre mère qui a assumé ses troubles avec beaucoup de patience, de dévouement  et d’amour malgré des épisodes très aigus. J’avais conscience des difficultés, mais la distance géographique faisait que je les vivais seulement quelques semaines par an.

La disparition de notre mère renvoie Marie-Thérèse à une solitude complète et à sa vulnérabilité. Elle ne peut s’assumer. En quoi vais-je l’aider ? Elle souhaite rester chez elle et les médecins le souhaitent aussi. Les aspects matériels réglés : logement, traitement et accompagnements médicaux, curatelle, je sens que tout  reste à faire, tout reste à découvrir malgré tout.

Le diagnostic -schizophrénie- clairement énoncé par l’hôpital me laisse désemparée  … J’ai tout à apprendre, à tout à découvrir. La culpabilité de l’ignorance m’envahit- elle deviendra le moteur de la générosité. Maintenant que je « sais » il me faut « connaître », - co-naître, renaître de sa psychologie éclatée.

Je sens que ma vie bascule. J’ai le sentiment de rentrer dans une spirale de renoncements, dans l’inattendu, dans l’imprévisible. Jusqu’où tout cela va-t-il me conduire ? Vais-je me perdre dans une situation incertaine ? Qu’est-ce que la liberté ? « La vérité vous rendra libre » (titre d’un livre, je crois). La vérité c’est de faire la lumière sur soi, connaître ses zones d’ombre, ses limites, débusquer l’orgueil et l’égoïsme ; cela m’a paru un passage obligé. Par bonheur mon mari, mes enfants, acceptent et  partagent mes contraintes.

Petit à petit, dans l’esprit de Béatitudes qui avaient illuminé mon adolescence, je commence à admettre l’inacceptable, à rentrer dans l’irrationnel. Pendant cette période d’accompagnement, décodage du comportement – simplicité – douceur – décryptage du langage – désir – gratuité – renoncement – mystère – vocation – espérance – service – force de persuasion de l’amour  sont autant de réalités au cœur de nos vies entremêlées, tout cela vécu dans les tensions, l’excentricité, en un mot dans le tumulte de la maladie.

J’ai craint pour elle l’amertume, le repli sur soi dans une humeur ombrageuse. Sa capacité d’émerveillement face à la nature, l’architecture, la musique, son goût de la lecture, des plaisirs simples, son côté enfant l’ont sauvée. Sa fidélité aux valeurs de nos parents, l’influence d’un univers très religieux dans son enfance par la proximité d’une communauté de consacrées enseignantes ont nourri son intériorité et donné fécondité à sa vie.

Au fil du temps, les rôles aidantes-aidée se sont estompés. Je pense même qu’en fin de parcours elle se sentait responsable de moi…

L’âge aidant sans doute, tout semblait s’apaiser. C’était sans compter sur l’épreuve de la vieillesse et du silence. Marie-Thérèse devient totalement dépendante. Son  regard vit et dit sa présence à tout ce qui se dit et se fait. Mais le mutisme s’installe et me confronte au mystère de la personne humaine. Comment vit-elle dans son silence ? Est-ce une souffrance ou la liberté d’être ailleurs ? Pendant plus de trois ans pas de réponse. D’après l’entourage, de son visage amaigri des dernières semaines émergeaient des yeux irradiés de paix et de force. Des signes comme un dernier message.

Il y a des paroles qui font vivre. Celles de l’Ecriture bien sûr, toutes celles recueillies dans les lectures diverses, dans les rencontres avec les membres de Relais, les paroles fortes des animateurs spirituels relayées par les partages de vie avec les participants.

Parce que ces paroles, nées de l’Esprit, sont le fruit d’un vécu, elles sont porteuses de sens, de volonté pour surmonter les difficultés, porteuses d’espérance, de paix, de lien spirituel dans la Communion de prière et d’Amour.

Comme nous l’a dit le Frère Roger de Taizé :
« Dans la blessure où s’engouffrent les affres de l’inquiétude s’élaborent aussi des forces créatrices.
Et s’ouvre un passage qui va du doute à la confiance, de l’aridité à une création ».


Jeanne Jenouvrier

télécharger le témoignage de Jeanne Jenouvrier

Recherche

Où sommes-nous ?

carte google

Chaque Jeudi à l’heure d’un Angélus, nous prions pour tous les membres des groupes Relais Lumière Espérance. Ainsi, dans une prière commune nous nous soutenons tous les uns les autres.

Ecoute, Seigneur, réponds-moi, car je suis pauvre et malheureux.
Veille sur moi qui suis fidèle, Ô mon Dieu,
Sauve ton serviteur qui s’appuie sur Toi.

Extrait de la Prière de Relais

« Dieu ne regarde pas comme les hommes, car les hommes regardent l'apparence, mais le Seigneur regarde le coeur. »

du Premier Livre de Samuel

Vous pourrez trouver

des conférences, témoignages et méditations dans les buletins d'information de Relais “Le Lien” .

 Pour vous recevoir chaque semestre pendant un an "Le Lien",

Relais Lumière Espérance

90, avenue de Suffren

75738 Paris Cedex 15

« Le mieux est de remettre toutes choses entre les mains du bon Dieu et d'attendre les événements dans le calme et l'abandon à sa volonté.

C'est ce que je vais m'efforcer de faire. »

de la Bse Zélie Martin (face à une appréhension)