1er samedi d'avent, Le Seigneur te fera grâce 

Pendant l'avent, sauf les jours de fête et parfois les dimanches, je propose de contempler la lecture prophétique, dans le désir de la venue du Sauveur.

Prier l'Esprit saint et lire le texte, puis demander une grâce, par exemple de croire que Dieu désire nous faire grâce, puis prendre quelques minutes sur la première partie. Relire cette partie, imaginer la scène, repérer à qui s'adresse le prophète, écouter ce qu'il entend, ressent, fait. Rester sur ce qui a du goût, ce qui me touche. Puis la 2e partie, la 3e, et finir par un moment de dialogue avec le Seigneur.

Première lecture (Is 30, 19-21.23-26)

Ainsi parle le Seigneur, le Dieu saint d’Israël : Peuple de Sion, toi qui habites Jérusalem, tu ne pleureras jamais plus. À l’appel de ton cri, le Seigneur te fera grâce. Dès qu’il t’aura entendu, il te répondra. Le Seigneur te donnera du pain dans la détresse, et de l’eau dans l’épreuve. Celui qui t’instruit ne se dérobera plus et tes yeux le verront. Tes oreilles entendront derrière toi une parole : « Voici le chemin, prends-le ! », et cela, que tu ailles à droite ou à gauche.

Le Seigneur te donnera la pluie pour la semence que tu auras jetée en terre, et le pain que produira la terre sera riche et nourrissant. Ton bétail ira paître, ce jour-là, sur de vastes pâturages. Les bœufs et les ânes qui travaillent dans les champs mangeront un fourrage salé, étalé avec la pelle et la fourche.

Sur toute haute montagne, sur toute colline élevée couleront des ruisseaux, au jour du grand massacre, quand tomberont les tours de défense. La lune brillera comme le soleil, le soleil brillera sept fois plus, – autant que sept jours de lumière – le Jour où le Seigneur pansera les plaies de son peuple et guérira ses meurtrissures.

Première partie de la lecture du jour.

19Ainsi parle le Seigneur, le Dieu saint d’Israël : Peuple de Sion, toi qui habites Jérusalem, tu ne pleureras jamais plus. À l’appel de ton cri, le Seigneur te fera grâce. Dès qu’il t’aura entendu, il te répondra. Le Seigneur te donnera du pain dans la détresse, et de l’eau dans l’épreuve. Celui qui t’instruit ne se dérobera plus et tes yeux le verront. Tes oreilles entendront derrière toi une parole : « Voici le chemin, prends-le ! », et cela, que tu ailles à droite ou à gauche.

Ce texte semble avoir été rédigé à la fin de la déportation à Babylone, entre 550 et 538 avant JC, par le deuxième prophète Isaïe, celui qui a écrit les chapitres 40 à 55 et vivait 2 siècles après le premier Isaïe. Vers la fin des 49 ans de déportation, le peuple est découragé, il n'espère plus, il pense que le Dieu d'Israël ne peut pas agir si loin, à 870 km de leur pays. Pourtant l'histoire nous apprend que le roi perse Cyrus, vainqueur en 539 des assyro-babyloniens, va intervenir et délivrer ce peuple exilé, qui pourra retourner chez lui !

Je peux prendre quelques minutes pour contempler cette bonne nouvelle si surprenante pour les exilés: Le Seigneur te fera grâce”, c'est à dire te donnera ce que tu ne mérites pas, il va te donner le chemin du retour vers la Terre Promise ! Nous aussi nous sommes parfois dans des situations qui paraissent sans issue. Je peux demander une grâce d'espérance. Car “rien n'est impossible à Dieu.” (Luc 1,37)

Deuxième partie de la lecture du jour.

23Le Seigneur te donnera la pluie pour la semence que tu auras jetée en terre, et le pain que produira la terre sera riche et nourrissant. Ton bétail ira paître, ce jour-là, sur de vastes pâturages. Les bœufs et les ânes qui travaillent dans les champs mangeront un fourrage salé, étalé avec la pelle et la fourche.

Le fourrage salé est comparable pour les bêtes à la confiture pour les enfants. La grâce est ici exprimée par l'image de la pluie. L’eau en abondance est dans un pays sec une bénédiction de Dieu, elle transforme les déserts en pâturages et donne au blé de porter fruit.

Je peux prendre quelques minutes pour contempler la grâce de Dieu, elle est à la fois miséricorde penchée sur la misère, fidélité à ses promesses, amour, tendresse du cœur et attachement à ceux qu’il aime, justice inépuisable.

Troisième partie de la lecture du jour.

25Sur toute haute montagne, sur toute colline élevée couleront des ruisseaux, au jour du grand massacre, quand tomberont les tours de défense. La lune brillera comme le soleil, le soleil brillera sept fois plus, – autant que sept jours de lumière – le Jour où le Seigneur pansera les plaies de son peuple et guérira ses meurtrissures.

Quelles sont ces tours qui tombent? Les ruisseaux de la pluie de bénédiction et de paix remplaceront les tours et autres armes de défense et d'orgueil, comme le jeu de massacre consiste aujourd'hui à faire tomber des tours de boîtes de conserve. Et surtout quelle est cette illumination? Le Jour du Seigneur, le jour de sa venue est souvent présenté dans l'Ecriture comme un jour de lumière, d’illumination : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière, sur les habitants du sombre pays, une lumière a resplendi. » (Is 9, 1); Seul Jésus accomplira cette image: « Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marche pas dans les ténèbres. » (Jn 8, 12)

Je peux prendre quelques minutes pour contempler le Jour de la venue du Seigneur, où il “pansera les plaies de son peuple et guérira ses meurtrissures”. Le Père m'a converti en me disant : “D'un coeur brisé, broyé, je n'ai pas de mépris.” (Ps 50-51, 19)

Je termine par 5 minutes de dialogue amical avec Jésus. Qu'ai-je envie de lui dire? Il m'appelle à …............. ? Conclure par un signe de croix ou un chant, me lever, je peux noter mon vécu pour relire les difficultés traversées et les grâces reçues.

Articles de Michel Maret – Communauté du Cénacle au Pré-de-Sauges (cenaclesauges.ch) 

article 'grâce'  ISAÏE 30, 18-26 : DIEU PREND SON PEUPLE EN PITIE : il propose de regarder l'Eglise à la lumière du mystère dont elle est porteuse. Il invite à passer de la foi endormie à l'admiration, l'émerveillement, du cru au vécu. Dieu fait de nous des fils ! St Cyprien dit: “celui qui n'a pas l'Eglise pour mère ne peut avoir Dieu pour Père.” “Tu n'es plus esclave, mais fils, et donc héritier de Dieu!”

Prédication du cardinal Cantalamessa pour l'Avent le 03 décembre 2021  Suite vendredi prochain à 9h sur KTO.

José RAISSON