Méditations du conseiller spirituel du groupe de Rennes

Chaque croyant peut entendre ces sept paroles, en fonction de ce qu'il vit, comme des paroles qu'il reprendra à son compte, ou bien qui s'adressent à lui, comme une exhortation.

 

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? Mc 15, 34

Ce cri, cet « où es-tu, Dieu ?», c'est celui des malades en premier, quand l'injustice semble les frapper, quand la vie leur devient difficile, quand la maladie prend toute la place, trouble la relation aux autres  et obscurcit les moindres joies du quotidien... C'est aussi notre cri, parfois, cri d'impuissance et de foi, quand cette maladie rend difficile la vie familiale et que nous sentons que nous avons besoin de puiser dans un Amour qui dépasse nos propres forces pour les aimer et leur dire notre amour, sans cesse.

Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font. Lc 23,34 (voir Ac 3,17; 13,27)

C'est le cri du cœur, d'un cœur de père, de mère, de proche aimant. Un cœur qui souffre parfois de cette relation faussée, de paroles blessantes, de colère ou d'exaspération. Un cœur transpercé souvent, comme celui du Christ en croix, mais un cœur qui ne bat que pour aimer... Aimer et pardonner sont in dissociables, surtout lorsque l'autre souffre le premier, dans son cœur et dans son être, quand il est, nous le savons bien, la première victime de la maladie qui nous atteint indirectement.

 

Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le para­dis.Lc23,43

Grande et belle parole d'espérance, c'est celle que nous devons entendre du fond de notre âme, comme un baume aux souffrances que nous rencontrons. Elle s'adresse en premier à nos proches malades, eux que Dieu aime tout particulièrement, d'un Amour inconditionnel et unique, tels qu'ils sont. Elle s'adresse aussi à nous, nous qui savons le prix de l'amour, nous qui savons puiser en Lui la force de vivre. « Etre avec Lui, dès aujourd'hui, dans le paradis », c'est choisir d'entrer résolument dans cette joie qu'Il nous propose de partager, joie profonde, paradoxale, pas insolente, mais joie de la foi, au creux même de nos vies blessées.

 

Père, je remets mon esprit entre tes mains. Lc 23, 46 (Ps 31, 6)

C'est cela « remettre son esprit entre les mains du Père » : C'est accepter d'être fils bien aimé, héritier de l'Amour du Père, c'est communier par toute notre vie à cet Amour. Cela demande abandon et confiance. C'est tout un chemin de vie, un chemin à recommencer à chaque obstacle, à chaque chute, c'est se relever, comme le Fils, après être tombé sous le poids de nos croix, toujours les yeux tournés vers notre Dieu-Tout-Amour.

 

Femme, voilà ton fils, et toi, voici ta mère. Jn 19, 26

Comment faire ? Comment être capable de ces relèvements, de ces mouvements d'espérances contre toute espérance ? Sans doute en priant la Vierge Marie, Vierge au cœur transpercé, mais debout au pied de la croix, puis recevant avec amour son fils dans ses bras et conduisant au tombeau. Elle non plus ne comprenait pas tout... Depuis le début, à l'Annonciation, sa vie ne fut qu'un « fiat ! » « Que sa volonté soit faite », mais pas comme une résignation, plutôt comme un cri de sa foi profonde et forte, cri insensé mais tellement vrai et profond ! Le cadeau du Christ, au moment de passer de ce monde à son Père, c'est le cadeau de la foi de Marie qui, dans la foi, devient aussi « notre mère ». N'ayons pas peur de nous réfugier dans ses bras, comme des tout petits, par la prière.

 

J'ai soif.  Jn 19, 28 (cf. Pr 69,22)

A l'exemple de Jésus en croix qui crie sa douleur et sa détresse - ce « j'ai soif ! » en dit bien plus qu'un simple besoin physique -  n'ayons pas peur, nous non plus, de crier vers Dieu et vers les hommes, nos frères. Dieu toujours nous entend, nous le savons dans la foi, mais il nous faut accepter aussi que sa réponse nous vienne par d'autres hommes, des frères de route, parfois à peine plus solides que nous sur le chemin de la vie... et pourtant présents à un moment donné pour partager notre peine, nous soutenir, nous permettre d'avancer, encore un peu. Cet autre peut aussi être notre proche malade lui-même dont Dieu aura voulu se servir pour nous donner un signe de sa présence. C'est tout le sens de notre groupe de Relais, avec cette spécificité que nous sommes à même, les uns les autres de comprendre ce que bien des hommes et des femmes autour de nous ne peuvent même pas entrevoir...

 

Tout est accompli. Jn 19,30

Certes, il n'est pas nécessaire de traverser toutes les épreuves pour pouvoir « aimer comme Il nous a aimés ». Et pourtant, il nous faut considérer dans la foi que « tout n'est accompli » que quand nous avons su garder la foi au creux même de l'épreuve, quand nous avons su aimer envers et contre toute attente, aimer a priori, sans attente de retour, aimer comme une offrande, aimer et espérer contre toute logique humaine. Alors c'est l'humain et le chrétien qui d'un même coup se trouvent accomplis...car « il n'y a pas de plus grand Amour que de donner sa vie pour ceux que l'on aime ». « Comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez vous les uns les autres »... C'est notre chemin de vie, d'une vie « accomplie », chemin du bonheur.

 

Conclusion provisoire

En cette fête de Pâques, méditons ces paroles du Christ et soyons unis dans la foi, la prière et l'espérance.  Oui, Il est ressuscité et Il nous invite à ressusciter avec Lui, chaque jour, et jusqu'à la fin des temps !Bonnes fêtes pascales à vous et vos proches.

Jean-Michel Audureau

Conseiller Spirituel du groupe de Rennes

 

Recherche

Où sommes-nous ?

carte google

Chaque Jeudi à l’heure d’un Angélus, nous prions pour tous les membres des groupes Relais Lumière Espérance. Ainsi, dans une prière commune nous nous soutenons tous les uns les autres.

Ecoute, Seigneur, réponds-moi, car je suis pauvre et malheureux.
Veille sur moi qui suis fidèle, Ô mon Dieu,
Sauve ton serviteur qui s’appuie sur Toi.

Extrait de la Prière de Relais

Vous pourrez trouver

des conférences, témoignages et méditations dans les buletins d'information de Relais “Le Lien” .

 Pour vous recevoir chaque semestre pendant un an "Le Lien",

Relais Lumière Espérance

90, avenue de Suffren

75738 Paris Cedex 15