Les frères et soeurs de personnes souffrant de maladies psychiques

140601 8 freres et soeursLorsque la maladie surgit dans la famille, alors que l’attention des parents, leur énergie de tous les jours, peuvent être mobilisées par la personne malade, les frères et sœurs prennent , leur part du fardeau, et vivent, à leur place, des périodes d’espoirs déçus et d’espérance.

Témoignages :

Une sœur dans un groupe Relais :

Maintenant, je vois le chemin parcouru, : je ne souhaite plus la mort de mon frère, je crois en lui, c’est lui qui livre bataille contre sa maladie et je suis à ses cotés quand je le peux. J’aime mon frère, et je déteste sa maladie. J’écoute avec beaucoup de compassion mes amis du groupe Relais. Sans traumatisme pour moi, je les porte dans mon coeur avec leur enfant malade. Eux, ils sont parents d’un malade, moi je ne suis que sa soeur, la distance n’est pas la même, la charge et la responsabilité non plus. Je compatis.

Lettre d’une sœur à son frère malade :

J’ai compris ce jour-là que j’étais heurtée, profondément, par cette souffrance qui t’habitait, et que je le serais toujours. Je ne pleure plus en parlant de toi. Je parle même souvent de toi. Toutes mes amies te connaissent, et tu as été une formidable occasion d’ouverture aux autres. Tu me fais comprendre tant de choses ! Tes longues et fréquentes lettres nous disent ton quotidien, mais elles nous disent aussi ton exigence envers nous. Quelquefois, je trouve tes reproches, sur un mot que j’ai pu te dire ou t’écrire, durs, et pourtant tes reproches me font avancer.

Un frère :

Etre frère et soeur, c’est être les enfants des mêmes parents. Quand survient une difficulté n’affectant qu’une des personnes de la famille, la situation toujours complexe se complique encore. Parfois les parents se déchargent sur les frères et soeurs de ce qu’ils ne peuvent plus assumer ; ils les culpabilisent. Parfois ils cherchent à protéger particulièrement l’un d’entre eux.

En fait on oscille en permanence entre : « il nous est arrivé un malheur » et « on ne peut pas s’arrêter à ça ». C’est une personne humaine, c’est notre frère, c’est notre soeur. Nous sommes tous victimes de la situation et cela n’aurait pas de sens de s’installer dans le malheur. Mais est-on responsable de faire quelque chose pour que ça bouge ?

Mon frère ou ma soeur handicapé est d’abord une personne qui m’est liée par le dessein de la Providence, et nous sommes invités tous les deux à essayer de vivre quelque chose ensemble. Cela dépend de lui comme de moi.

Témoignages extraits de : Le Lien N°10, et le Lien « Hors série »

 

Lors des rencontres nationales, ou dans les groupes, Relais d’amitié et de prière propose aux frères et sœurs de se regrouper pour partager entre eux sur le thème de la journée.

Ailleurs...

Les groupes frères et sœurs
Une enquête de l’Unafam appuyée par des témoignages de frères et sœurs, a permis de préciser ces problèmes, puis de proposer une aide spécifique :
les groupes frères et sœurs, d’abord en région parisienne, qui se développent en province
Journée annuelle avec l'O.C.H.
L’ O.C.H propose une journée annuelle, où les frères et soeurs peuvent notamment recueillir des informations psychologiques, juridiques, et rencontrer leurs « pairs » dans les situations familiales. Des conférences (Jean Louis Bavoux, Samuel Rouvillois) les concernent plus directement.
Le domaine de la Pène

est un lieu de ressourcement spirituel pour les familles de personnes handicapées. Des sessions de cinq jours sont organisées, pendant lesquels une quinzaine de personnes vivent ensemble un temps de fraternité, de repos et de prière pour retrouver la paix, en particulier la session n°6 est relative à la maladie psychique.

Revue
Ombres et Lumière a publié un dossier
« suis-je responsable de mon frère, de ma sœur »,
dans le numéro 166 novembre décembre 2008
(sur la page web ouverte en cliquant sur Revue, vous pouvez feuilleter la revue 166 en cliquant sur « visualiser un numéro»)

Recherche

Où sommes-nous ?

carte google

Les personnes malades psychiques peuvent prendre contact avec
Amitié Espérance
qui a vocation à les accueillir