Retour sur le rassemblement de Lourdes 2007

A une organisation peaufinée par l’équipe responsable, répondait une assemblée de 280 pèlerins bien enthousiaste...

Les journées se déployant à un rythme très soutenu, les pèlerins retrouvaient leur jeunesse et leur sourire. Les photos et les prénoms de ceux et celles qu’ils aimaient et pour lesquels ils venaient demander force et courage doublaient en nombre les participants.

Le temps alternait entre pluie et éclaircies telles ces maladies psychiques dont nous portons souvent plus la pluie que le soleil. Le cadre de la Cité St Pierre avec ses montées et ses descentes nous offrait une légère « pause » au travers de laquelle s’échangeaient moult conversations « allant toujours à l’essentiel » et moult sourires de connivence. Ainsi bien des liens se sont noués autant que pendant les trajets en car très appréciés.

La famille Faucon (Claire, née Sarreméjean,) nous enchantait par l’animation et la composition de ses chants et musiques bien rythmés. Du plus petit, Cyprien, âgé de 7ans, au plus grand, leur compagnie, durant ces quatre jours, apportait un air de jeunesse et contribuait à la beauté de nos liturgies si bellement célébrées par Mgr Thomas. Une décoration originale faite de cubes dessinés nous invitait à prendre le même chemin que celui des disciples d’Emmaüs. Les rubans de couleur représentant les différentes régions de France nous aidaient à découvrir le magnifique travail de « Relais ».

Les bénévoles du Secours Catholique veillaient sur nous avec sollicitude et l’une d’entre elles me faisait remarquer que nous donnions l’impression de nous porter les uns les autres pendant ce pèlerinage.

Restait l’aventure « Lourdes » elle-même ! Une première pour certains, une belle habitude pour d’autres. Outre la messe internationale dans l’immense basilique souterraine, le chemin de Croix, côté Gave ou côté Montagne, la procession aux flambeaux, le beau film sur Bernadette, la messe célébrée à la « Grotte » sous la radicalité de la pluie, la majestueuse procession eucharistique centrée sur la souffrance des personnes malades, quêtant la sollicitude du Christ, symbolisée par l’encens et l’ostensoir, l’achat de cartes postales, de cierges ou d’eau de Lourdes, outre toute cette humanité pèlerine et attentionnée, chacun, chacune, recevait au fond de lui-même la grâce infiniment secrète, cadeau de l’Immense, sur laquelle s’appuyer en rentrant pour gérer à nouveau le quotidien.

Olivier Balsan, Pierre Sarreméjean, le pasteur Hamon dont la présence à Lourdes pendant le pèlerinage réchauffait de son amitié souriante le groupe Relais, le père Bouchain et les responsables de chaque région, attentifs et souriants veillaient sur ce troupeau qui essayait pendant quelques jours d’oublier la terrible maladie d’un des leurs qui les taraudait, révoltait, déroutait et dont ils ne pouvaient que parler pour décharger une indicible souffrance que Relais porte en son sein depuis 25 ans.

Les téléphones portables étaient les témoins de ces échanges quasi indispensables avec ceux qui cherchent bien souvent un moment de réconfort à leur angoisse grâce à ce nouveau moyen de communication.

Ce pèlerinage nous a offert de goûter à la dimension universelle de Lourdes. Cette incessante prière proposée aux plus démunis tels les porteurs d’un handicap psychique, physique ou mental nous fait dire avec Bernadette : « S’il y en avait une plus pauvre que moi, c’est à moi que la Dame aurait parlé ».

A travers tous ces pèlerins comme le disait Martine Guénard, responsable de l’Accueil à Lourdes de l’OCH, c’est la personne malade qui est au centre. Au centre du coeur de Dieu. Pour beaucoup, l’effort d’avoir organisé un grand pont de l’Ascension pour venir à Lourdes fut récompensé par la richesse de ce pèlerinage. C’est « Cadeau » disent les jeunes.

 

Florilèges de Lourdes :

 

 

  • Je te rends grâce, Seigneur, pour cette Cité St Pierre, qui nous a acueillis dans un cadre de calme, de beauté et de sérénité, bien loin de l’agitation de la ville et des sanctuaires. Mon image de Lourdes en a été transformée. Comme j’ai aimé prier dans cette petite chapelle de pierres, près de la tombe de Mgr Rhodain, au coeur de la montagne !

 

 

  • Je pense à vous, amie inconnue jusque là, qui en entrant dans la basilique souterraine, après avoir évoqué le départ de son enfant, m’a dit : “je ne sais vraiment pas pourquoi je suis là !”. Quatre jours après, elle était autre, cela transparaissait sur son visage. Merci, Seigneur !

 

 

  • Je pense à vous, amie, qui lors de la prière animée par les beaux chants de la famille Faucon avait le visage plein de larmes et a senti enfin ce trop plein de douleur rentrée s’évacuer.

 

 

  • Nous étions tous là, en effet, portant les mêmes souffrances, pour certains avec un vrai poignard dans le coeur. Mais aussi ce qui nous a réunis, c’est le même amour pour celui ou celle qui est malade. Les visages se sont détendus, des barrières sont tombées, des sourires sont apparus, et même de la joie ! Merci, Seigneur !

 

 

  • Et Marie, dans tout ça ? Quelqu’un dans mon groupe de partage a rappelé que l’une des dernières paroles de Jean Paul II avait été « les femmes sont les sentinelles de l’invisible». Marie nous ouvre tout grand les chemins vers Dieu. Son omniprésence à Lourdes ne m’est supportable que si elle m’amène à son Fils et partage mes souffrances de mère.

 

 

  • Le Pasteur Hamon, le Père Bouchain l’ont bien dit : Marie est la mère par excellence de tous les croyants : lorsque notre vie est chargée de nuages Marie est là pour nous donner un rayon de lumière. Souvent je redis cette prière de mon enfance, maintenant désuète : “souvenez-vous, ô vierge des vierges, ô ma mère, qu’on n’a jamais entendu dire qu’aucun de ceux qui ont eu recours à vous ait jamais été abandonné !”.

 

 

  • Comme les disciples d’Emmaüs, nous sommes repartis plus forts du soutien des uns et des autres, de l’Eucharistie partagée, de l’espérance d’être consolés. Que le souffle de Pentecôte nous donne la force de continuer, en sachant que le Seigneur est plus intime à nousmême que nous même (Père Ripoche).

 

Merci à tous ceux qui ont permis cette belle rencontre avec le Seigneur par l’intermédiaire de Marie et de Bernadette !

Recherche

Où sommes-nous ?

carte google