120531 1

Les liturgies préparées par le groupe de la Boucle de la seine (organisation, chants, animation) nous ont blotti sous la protection de la Vierge Marie, immaculée conception, consolatrice des affligés, salut des malades, mère de l’espérance, fêtée comme elle l’a demandée à Bernadette par des pèlerins en procession porteurs de lumière.

Assis dans la basilique saint Pie X, nous avons prié avec les pèlerins en procession eucharistique du pèlerinage militaire international en tenue d’apparats puis nous nous sommes laissé pénétrer par le soleil eucharistique de Dieu tout en l’adorant

Et pour finir nous avons prié avec des pèlerins venus de nombreux pays lors de la messe internationale

 Merci Marie pour ta sollicitude de mère des frères de ton fils, de leurs proches atteints de troubles psychiques blottis sous ton manteau. Tu as semé sur leur chemin, au fil des célébrations, des fleurs d’Espérance. Tu nous donné rendez-vous avec l’Esprit du Seigneur qui réchauffe, redresse, illumine, renouvelle la face de la Terre.

Avec Marie, qui exulte en Dieu son Sauveur, rendons grâces à Dieu, pour ce que nous avons reçu lors de ce pèlerinage.

Sainte Marie, consolatrice des affligés

« Louons Dieu qui nous réconforte afin que nous puissions réconforter » (2 Cor 1, 3-4)

A Lourdes, Bernadette fut réconfortée par Marie, consolatrice des affligés. Elle en avait grandement besoin car sa jeunesse fut remplie d’épreuves personnelles et familiales. La mère de Jésus, l’épouse de Joseph semble avoir choisi la jeune Bernadette parce qu’elle-même avait traversé bien des épreuves, réconfortée par sa foi en Jésus, son fils. Joseph et Marie ont vécu cette alternance d’épreuves et de réconfort.

La Bible parle souvent d’un Dieu plein de tendresse et de compassion (Ex 34,6 ; Dt 4,31 ; Jonas 4,2). Elle invite les croyants :  « Que votre âme se réjouisse dans la miséricorde du Seigneur » (Siracide 51,29). « C’est la miséricorde que je veux, non le sacrifice » (Mt 9,13 ; 12,7 ; 23,23). Paul et Pierre rappellent aux chrétiens qu’ils ont bénéficié de la miséricorde, de la compassion, afin de devenir à leur tour miséricordieux (I Pierre, 2,10). En hébreu, la miséricorde évoque les « entrailles maternelles » de Dieu… « Et Jésus, le fruit de tes entrailles est béni ! ».

Laissons la misère et les souffrances endurées par nos proches toucher notre cœur.

Si nos cœurs sont touchés, ils seront réconfortés ; ils pourront alors réconforter.

Frère évêque

On vénère avec raison la Vierge Marie "Mère de la Consolation" ou "Consolatrice des affligés" puisque Dieu a fait naître d'elle son Fils, Jésus, le Christ, pour consoler son peuple.
Quand elle se tenait près de Jésus mourant sur la croix, et qu'elle-même supportait les pires douleurs, elle a obtenu à grand prix la béatitude promise aux affligés. Puisque Dieu l'a consolée par la résurrection de Jésus, elle est en mesure de consoler ses enfants dans l'affliction

la liturgiste

Messe au Cairn haut avec l’ensemble des Conseillers spirituels présents

120531 2

 Procession Mariale

En attendant la procession, une galerie de pèlerins parlant entre eux

120531 3

En procession : une fête de la lumière

Des milliers de petites flammes porteuses du feu de notre Espérance pour saluer celle qui a porté, enfanté celui qui a ouvert pour chacun de nous le Chemin du salut, de l’ultime espérance, la route vers la maison du Père tracée en nous par l’Esprit.

Laissons cette flamme d’Espérance éclairer en nous les ombres de nos vies avec nos proches atteints de troubles psychiques.

Ave, Ave, Ave Maria

120531 4

Sainte Marie, salut des malades

« Seigneur, je serai guéri seulement si tu me guéris ; je serai sauvé seulement si tu me sauves » (Jérémie 17,14)

Salut et santé : deux mots pour une même réalité touchant l’humain, physique, psychique et spirituel. « Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans leurs synagogues, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute langueur parmi le peuple ». (Mt 4,23 ; 9,35). « Seigneur Jésus, envoyé par le Père pour guérir et sauver les hommes, prends pitié de nous ».

Ici, à Lourdes, des millions de personnes viennent demander une guérison physique, psychique, spirituelle. Des multitudes repartent de Lourdes avec la certitude d’avoir été améliorées, sauvées, retournées, converties, pardonnées.

Ici, Marie demandait à Bernadette de prier et faire prier pour la conversion des pécheurs, pour le renouvellement des cœurs de pierre en cœurs de chair. Bernadette reçut ici la grâce d’une vitalité spirituelle compensant largement ses limites physiques.

De quel marasme intérieur, de quelle apathie, de quelle anémie spirituelle ai-je besoin d’être guéri ? Quelle santé demander pour nos proches ? Pour notre société ? Pour nos communautés chrétiennes ? Quel renversement des valeurs s’avère indispensable (cf Isaïe 53 ?)

Ne manquons pas ce rendez-vous avec l’Esprit du Seigneur qui réchauffe, redresse, illumine, renouvelle la face de la Terre. Avec Marie, qui exulte en Dieu son Sauveur. (Lc 1,47)

Frère évêque

Célébrer la messe en l’honneur de Marie, salut des malades, et demander son intercession pour obtenir la guérison corporelle n’est pas autre chose que célébrer un moment particulier de l’histoire du salut, dont l’aboutissement parfait arrivera lorsque, à la venue glorieuse du Christ, « son dernier ennemi, la mort, sera détruite » et que les corps des justes ressusciteront incorruptibles

la liturgiste

 Messe à la grotte avec les pèlerinages de Poitiers, Besançon et Belfort

120531 6

Sainte Marie, mère de l’Espérance

«  Faites tout ce qu’il vous dira » (Jn 2,5)

Aux noces de Cana, « la mère de Jésus est là », invitée, invitante. Attentive, elle remarque que la fête pourrait être compromise faute du vin qui réjouit le cœur de l’homme. Confiante, elle suscite le « premier signe » donné par son Fils. Bonne conseillère, elle oriente les regards vers Jésus. Personne ne fut déçu d’avoir écouté Marie. La coupe de Vin du Royaume éternel fut débordante. L’Alliance nouvelle commence. Jésus se manifeste comme l’Epoux de l’Humanité. Il relance l’espérance de l’Humanité qui s’imaginait délaissée ou abandonnée par Dieu. Il invite les croyants à passer d’une religion de purification à une religion d’Alliance et d’Amour.

C’est bien la même Mère de Jésus, femme, épouse, mère et première chrétienne, que Bernadette découvre et décrit : elle regardait, elle souriait, privilégiant le silence. «  Elle parlait comme une personne parle à une personne », attentive aux cœurs simples et droits.

« À cette heure même, Jésus tressaillit de joie sous l'action de l'Esprit Saint et il dit : Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d'avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l'avoir révélé aux tout-petits. Oui, Père, car tel a été ton bon plaisir ». (Lc 10,21)

Regardons longuement Jésus exultant de joie, rayonnant, transfiguré. Laissons monter en nous - les heures où la joie de croire nous a déjà habités- les paroles qui sont pour nous des évidences reçues de Dieu. Regardons simultanément les souffrances et le bonheur de croire et d’espérer.

« Jésus leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie à la vue du Seigneur ». (Jn 20,20)

Frère évêque

Dans cette messe, la mère du Christ est vénérée :

  • parce qu’elle a développé dans sa vie la vertu d’espérance : elle « a espéré totalement » dans le Seigneur et « elle a attendu de toute son espérance (…) le Fils de l’homme annoncé par les prophètes »
  • parce qu’élevée au ciel, elle est devenue « l’espérance des croyants », « elle vient en aide à ceux qui désespèrent », elle accueille, elle réconforte, elle console «  tous ceux qui cherchent refuge en elle »
  • parce qu’elle brille pour tous les enfants d’Adam comme un signe d’espérance et de réconfort, « jusqu’à ce que brille le jour glorieux du Seigneur »

la liturgiste

 Messe au Cairn haut

Marie a déployé son manteau : les arbres fleurissent – nos cœurs vivent l’Espérance

120531 7
Chanteuse et musiciennes en action
120531 8

Procession Eucharistique avec le pèlerinage militaire international

Assis dans la basilique saint Pie X, nous avons prié avec les pèlerins en procession eucharistique du pèlerinage militaire international en tenue d’apparats puis nous nous sommes laissé pénétrer par le soleil eucharistique de Dieu tout en l’adorant

120531 9

Messe internationale à Sainte Bernadette présidée par le cardinal Kasper

Aujourd’hui, « premier jour de la semaine », nous vivons l’eucharistie au milieu d’une foule internationale. Chaque dimanche devrait être habité par cette ambiance de résurrection.

Dans une grande joie intérieure nous participons au Repas du Seigneur, nous assimilons le Pain de sa Parole, nous partageons la coupe de l’Alliance avec des frères et des sœurs, nous recevons mission de laisser rayonner ce qui réchauffe notre cœur.

« Quittant vite le tombeau, tout émues et pleines de joie, elles coururent porter la nouvelle à ses disciples ». (Mt 28,8) Les femmes, Marie Madeleine notamment, furent et demeurent souvent les premières à transmettre la Bonne Nouvelle du Vivant et de la Vie. Les hommes furent et demeurent souvent plus lents à croire : Jésus le leur reprochera (Luc 24,)

Cette Bonne Nouvelle concerne chaque fidèle du Christ, très personnellement. L’Eglise universelle est constituée par l’ensemble des fidèles touchés par l’Evangile du Christ. A chacun le Ressuscité dit aujourd’hui : « Je vous envoie. Allez auprès des gens de toutes les nations; faites d'eux mes disciples…Et moi, JE SUIS avec vous, chaque jour, jusqu’à l’achèvement du monde présent » (Mat 28, finale de l’évangile) 

« Soyez toujours prêts à justifier votre espérance devant ceux qui vous en demandent raison. Mais que ce soit avec douceur et respect, en ayant une bonne conscience». (I Pierre 3,15-16)

Bernadette a transmis fidèlement tout ce que Marie lui demanda de répercuter. Sans craindre les moqueries ou les oppositions. « Je ne suis pas chargée de vous le faire croire, mais de vous le dire »

Prenons conscience de la Mission reçue. Rien ne doit nous empêcher de témoigner par notre façon de vivre, de réagir, de garder parfois le silence, ou d’exprimer ce qui fonde notre espérance. Les occasions de développer plus longuement la foi qui éclaire notre route existeront probablement. Saisissons-les, toujours avec douceur, sincérité, respect.

Et nous serons pour beaucoup des Relais de Lumière et d’Espérance.

Frère Evêque

120531 Fin

Recherche

Où sommes-nous ?

carte google

Chaque Jeudi à l’heure d’un Angélus, nous prions pour tous les membres des groupes Relais Lumière Espérance. Ainsi, dans une prière commune nous nous soutenons tous les uns les autres.

Ecoute, Seigneur, réponds-moi, car je suis pauvre et malheureux.
Veille sur moi qui suis fidèle, Ô mon Dieu,
Sauve ton serviteur qui s’appuie sur Toi.

Extrait de la Prière de Relais